4 bah

gribouillages



Il y a de ces éclaircies qui inspirent confiance.
J'entrevois les pleins et les déliés de mes desseins encore indécis.
Je sens le souffle fébrile sur les pages pas tout à fait vierges de l'être que j'écris.
Alors je contemple avec appréhension le sablier du temps, partagé entre le chant envoûtant des possibles et l'éternel recommencement de la suite.

Et puis cette phrase catégorique d'Aragon résonne immanquablement :
Le temps d'apprendre à vivre, il est déjà trop tard
Lorsque je l'évoque chez la psy, elle me demande "Alors, on ne capitalise pas ?"
Bah au mieux, je crois qu'on gribouille... Difficile donc de se relire.



barbara - il n'y a pas d'amour heureux
... »
3 bah

l'incongru de la semaine

“Je n'avais jamais vu pareil homme. Il était seul et l'isolement fait beaucoup pour la solitude.”

Christiane Bobard - La voie est libre


Petit clin d'œil à mon ami blogger Nicolas et sa délicieuse rubrique...
... »