toute première fois

Quelques réflexions suite à ce que j'ai entendu lors de certaines conversations et lu sur certains blogs.

"Les États-Unis se contrefichent du reste du monde et on entend trop parler de cette élection"
Faut-il rappeler que la politique aux/des États-Unis a de grosses conséquences sur le reste du monde qu'on le déplore ou non. Il faut bien l'avouer : cela n'est pas forcément réciproque et la France ne fait pas vraiment exception. Désolé, au-delà de son fort potentiel médiatique, l'évènement a un fort potentiel historique immédiat et futur.
Les américains se soucient peu du reste du monde. Qu'on le déplore ou non (et je concède aisément que c'est TROP souvent le cas) cela n'est pas non plus réciproque, mais les directions économiques/géopolitiques de ce pays et leurs conséquences sont indiscutables pour tout terrien sensé. Rappelons-le, les orientations de la politique française n'ont pas tout à fait le même impact...

"On s'en fout qu'il soit noir, ça n'en fait pas un bon candidat"
Le fait que Barack Obama est un américain métis n'en fait pas un bon candidat ni un bon futur président. Ce n'est ni l'habit, ni la couleur de peau qui font le moine. Évidemment, seuls ses actes montreront sa vraie couleur... Mais comment ignorer la notion de progrès que cette élection lui permet d'incarner. L'homme est démocrate et la fin du règne républicain (couronné de 8 années Bush) ne peut qu'être salutaire pour tout le Monde. Manifestement, les États-Unis n'éradiqueront pas la ségrégation de leur passé, ni le racisme de leur présent grâce à cette élection. Mais le symbole n'est pas négligeable pour autant. Il faut bien reconnaître que cette (toute) première fois est une défloration en règle : le signe d'une inégalité en moins dans la liste des présidents américains. Il en reste d'autres sur la liste justement...

"Jorg Haider, leader du parti d'extrême droite autrichienne était bien gay"
Soyons clair, une femme président me parait être "en soi" une bonne chose dans un pays où l'inégalité entre les sexes subsiste et où la parité renonce à affleurer le 50/50. Il y a évidemment des conditions à cette théorie et cela exclut notamment le cas d'une femme misogyne. Mais je dois reconnaitre qu'il y a parfois des gays d'extrêmes droite, des juifs antisémites, des noirs en faveur de l'apartheid et, illustration du parfait non-sens pour les plus lents, Christine Boutin au gouvernement.
On ne parle pas de juger les gens à leur couleur de peau mais comment ignorer la couleur du nouveau président américain dans un tel contexte. Rappelons que cette même couleur dans ce pays a longtemps été un "handicap" pour les non-blancs privés de droits civiques fondamentaux jusque dans les années 1960 et a fortiori, de fonction présidentielle. Cette élection fait également suite à la seconde de Bush en 2004 aux dépens de John Kerry, élection qui résultait d'une triche sans nom et d'un comptage de voix tout simplement anti-démocratique.


"On va enfin se concentrer sur la rénovation de la gauche"
Oui, il est même grand temps et j'espère qu'on entend dépasser la dizaine... J'espère par la même occasion que l'ère du Sarkolithique prendra fin dès 2012. Plus tôt ? Si quelqu'un a une idée, je suis preneur...
Mais comment rénover le PS avec un vieux morceau de scotch.
Quels sont les plans de rénovation ? Qui sont les entrepreneurs ? Beaucoup de questions et pas assez de réponses.
Rénover une maison ou une voiture, c'est tentant, mais un taudis ou une épave... la tâche est lourde.
Ça démange quand même ? Bah va falloir penser à raser alors.