m'aime pas mal

En pensant à l'expression "le rideau tombe", je me dis qu'on imagine pas forcément le décor qui s'écroule ensuite sur les protagonistes. Enfin la vérité ?
L'une d'entre elles peut-être.
Lessivés par des répétitions interminables, ils se sont échoués en plein milieu de la scène. Un peu avant le final.
En coulisse, les accessoiristes et autres souffleurs observent le dernier acte de cette tragédie avec bienveillance, évidemment.
Une farce de trop mauvais goût. Chacun le sien.
Je suis plus salé qu'amer. Il faudra bien payer le prix de ma place.
Dans ce dialogue de sourds, quelques répliques ont fusé comme des dagues, transperçant nos oreilles aveugles. Les mots de trop. Injecté de sang, mon cœur n'en croyait pas ses yeux. Une simple erreur de casting ? Je fais le point. Final. Monologue.

0 commentaires: