much ado about nothing

Ce soir là, c'est une fois sans. Le captivant documentaire d'Arte sur Marylin vient de finir et je file rejoindre Tatora et P. au Duplex. Super cocktail rhum-citron-sucre de canne (x2)...
Mais je ressens tout à travers le prisme de l'age, de l'errance, des artifices, des mondanités, de la lassitude.
C'est marrant ces gens qui parlent très fort avec beaucoup de gestes.
Perso, je préfère les mots et les regards, mais je conçois que ce soit moins grand public, moins vendeur...
Et puis j'ai du mal avec tous ces pantalons taille-basse, ces t-shirts taille-haute, ces polos 12 ans XS et autres déclinaisons un rien ado "je suis toujours la mode mais jamais ma taille".
Pourtant, c'est habituellement un lieu de diversité ici, plus soft, moins agressif. Avec des gens (quelques nanas) qui ressemblent à l'idée que je me fais de ce ceux que je croise dans la (ma) vraie vie et peu de clo(w)nes.
Mais la musique est bien (comme souvent).
Et surtout, Tato semble filer le parfait amour...

0 commentaires: