dessiner la paix


J'attends ma psy dans sa salle d'attente et tombe sur un bouquin que je n'avais encore jamais vu. Dessine-moi la paix est un recueil bouleversant de dessins faits par des mômes d'ex-Yougoslavie.
Je me dis que dessiner est déjà une forme de thérapie et je suis là, confortablement installé, en train de feuilleter l'inimaginable. Syntaxe d'horreur subie et dessinée à travers les yeux de ces enfants. Des données et des inconnues dans cette équation que mon cerveau n'arrive pas à traiter. Les traits, les couleurs, le noir et blanc, les représentations de la guerre et de l'espoir se bousculent pages après pages. Dessiner la paix ou comment ces gosses parviendront à grandir et survivre à ces traumatismes ? Mais je me méfie.
Je connais ma tendance compulsive à l'identification aux victimes, la projection des souffrances des autres sur mon empathie. Je connais aussi ma capacité à passer à autre chose et à oublier. Je m'indigne et sais que je détournerai les yeux ensuite. La porte s'ouvre.
C'est mon tour.

4 commentaires:

Fishturn | 26/05/2007 19:47

Troublant.
Et après ?

titiparis | 27/05/2007 07:57

Après ? J'ai proposé à ma psy de dessiner plutôt que parler.
Il y a cette belle pochette de feutres de toutes les couleurs sur son bureau qui me fait de l'oeil depuis un moment...

Fishturn | 27/05/2007 22:46

Il faut que j'y pense...
Il faut que j'y pense...

Mais rien à faire.

titiparis | 29/05/2007 20:37

non mais tu te fish de qui ?!
...après tout ce que tu arrives à dire avec les mots et les pinceaux !!