noos no more



Sans surprise, il fallait bien s'y décider un jour ou l'autre.
J'ai enfin écrit et envoyé cette lettre de résiliation plutôt que d'aller casser la gueule à un pauvre employé d'une de leurs boutiques et me laisser aller aux insultes les plus viles lors d'une énième conversation téléphonique stérile avec un de leurs conseillers basé en Polynésie. L'idée de ne plus verser une pension de plus de 50 euros par mois à un brigand comme noos me soulage grandement. Plusieurs semaines sans internet ni téléphone et la relative récurrence des coupures ont eu raison de ma patience. Les anecdotes qui illustrent leur médiocrité et leur malhonnêteté sont diverses et variées, parfois originales et souvent communes à un grand nombre de leurs abonnés (en tapant "problème noos", google propose un éventail de 552 000 réponses... )
La question maintenant est de savoir quel fournisseur d'accès choisir : en 1ère position club-internet et neuf, en 2ème darty box (oui ce n'est pas très glamour) et en 3ème free. J'ai jusqu'au 31 mars (3 mois de préavis obligatoires malgré ma demande de réduction) pour comparer sérieusement les offres tv+net+téléphonie et prendre une décision. L'impératif étant d'avoir eurosport pour suivre le tennis toute l'année, il faudra certainement s'abonner en plus à tps ou canal sat.
Un premier lien pour la route : Alain Lambert (ancien ministre délégué au budget) raconte ses mésaventures noosiennes.
Le site de l'association LUCCAS (association des utilisateurs noos) est le second.
Il ne reste plus qu'à éplucher les comparatifs... et d'ici là, il y a heureusement la xbox pour se passer un peu les nerfs...

0 commentaires: