0 bah

vagues


Le flou des contours... pour conforter le doute.
La foule de détours... pour éviter la route.
Mais il faudra affronter ensuite les remous du vague.




alpha - firefly
... »
1 bah

wishes



Quelques formules que l'on souhaite aux autres.
Quelques souhaits que l'on formule en soi-même.
Et puis la suite. Souhaitée ou pas. Heureuse ou non.

Joyeuses fêtes...



kate bush - nocturn
... »
0 bah

fvp


Désolé Tato.
J'ai lutté.
J'ai résisté.
Et puis j'ai pas pu m'empêcher.
... »
4 bah

trop wow

Pour l'instant, je tiens le rythme. Entre 2 et 3 fois par semaine. Il est vrai que ça n'a pas toujours été le cas. J'ai longtemps vécu l'insistance de P. pour que j'aille à la salle de sport comme une pression arbitraire et un pré-requis obligatoire à la possibilité de désir, de fantasme et de bien-être. Pour soi et dans le couple. Il n'y a pas que les cons qui ne changent pas d'avis. Les porteurs de gras orgueilleux aussi... L'idée de se laisser le choix de ne pas faire du sport à la trentaine trouve des réponses irréfutables dans le quotidien, mais ces réponses exigent apparemment effort et régularité pour que les résultats soient probants.
Bon, c'est plutôt ambiance mousse que tablette de chocolat, mais je ne désespère pas encore.

A propos d'ambiance, je dois avouer qu'il est préférable de ne pas trop y penser. Tu donnes ta carte, tu fonces, tu te changes, tu laisses les Musclorettes et autres divines créatures stéroïdées te passer devant, voire te bousculer d'un revers de l'ongle manicuré. Suffocant, en eaux et débarrassé de quelques 400 kcal, tu te sens parfois mal à l'aise parce qu'on te regarde, faut-il le préciser, de haut. Mais tu t'en fous parce que tu as de la super bonne musique dans ton ipod et que tu es de toutes façons trop crevé pour riposter, ne serait-ce que par un regard légèrement réprobateur. Tu te sens aussi parfois pas très bien mais c'est davantage à cause des effluves de Paco Rabanne mélées à celle de la transpiration. On passera rapidement sur les portes de douches qui ont récemment été installées mais dont le mode d'emploi n'a pas été clairement assimilé en termes de fermeture. Un vrai parcours du combattant. C'est vrai que ça ne remplace pas une bonne partie de tennis mais bon... c'est un moyen sacrément efficace de régulation physique et morale. Notons toutefois que le danger est pour certains waou-clubbers aguerris de systématiquement chercher à "se vider la tête"...

Pour finir, je ne pouvais pas conclure ce post sans citer notre amie Tatora qui, avec sa délicatesse légendaire, sait mettre le(s) doigt(s) là où il faut. L'évidence des choses de la vie se résume en une aternative simple et claire : "Il faut choisir, la bite ou la frite". waou



roisin murphy - overpowered (seamus haji remix)
... »
3 bah

ugly addict

Ma fidélité hebdomadaire aux séries se cantonnait à Desperate Housewives, Heroes et Dexter. Depuis quelques mois, j'étais parvenu à ne pas me laisser envahir par d'autres séries sous la pression des plus vives sollicitations d'affreux téléphages.
Quelques épisodes d'une énième saga m'attendaient sagement dans un coin du disque dur, mais le premier épisode avait été une tentative peu concluante. J'avais trouvé ça pas mal mais sans plus et m'étais dit qu'une saison entière à rattrapper impliquait quelques heures de sommeil en moins... A cela s'ajoutait sans doute une légère réticence à me lancer dans une 4ème addiction télévisuelle (non, je déconne...)
Rien de tel que quelques jours de retraite au soleil pour s'emmerder dans ma chambre d'hôtel dès 21h12 et donner une seconde chance à Miss Betty, l'assistante atypique d'un rédacteur en chef d'un magazine de mode. L'anti-héroïne "modèle" Betty Suarez (America Ferrara) a plus d'un tour sous son poncho et fait des ravages !
Naïve ? Idéaliste ? Betty sait aussi montrer les dents...
Je suis complètement sous le charme ! Ugly Betty est un cocktail irrésistible à la fois drôle et touchant. A consommer avec modération ? Bah.. trop tard... je crois que je suis encore accro.


... »
0 bah

perfect match



Pas de fausse note. Accord parfait.

... »
0 bah

syntax fatal error


Il faut savoir regarder le bon côté des choses.
Finalement, c'est vraiment sympa les pc et les proches qui en ont.
On a si souvent l'occasion de passer les voir pour prendre un café autour d'un bon kernel panic...
Non merci, sans sucre.



alanis morissette - uninvited


... »
0 bah

and the winner is...


A l'heure où Noël se profile à l'horizon, la sempiternelle question des cadeaux vient se greffer incidieusement sur les branches des sapins. Je me suis donc mis à sérieusement considérer l'option de choisir moi-même mon cadeau. Et pourtant, loin d'en être un, je me suis offert une première victoire sur Stef. Ce match, véritable morceau d'anthologie dans mon histoire sur topspin (pour ne pas dire de ma vie d'adulte) a été particulièrement difficile et accroché. Les choses partaient mal, comme d'habitude, et je me suis vu rapidement mené 5/3 dans le 1er set. L'exploit a essentiellement consisté à ne pas craquer. Le goût de la victoire fut de courte durée et le coup de bûche qui s'en suivit fut bien indigeste. Le score de la revanche était sans appel : défaite 1/6 3/6.
Retour à la normale...
... »
4 bah

AR(GHH)


Franchement, quand je vois ce genre de petit papier rose dans ma boîte aux lettres, je vois rouge !
J'imagine déjà la file d'attente et l'agacement contenu ou non des 18 autres personnes face à l'unique guichet ouvert. J'imagine la séance obligatoire de self-control de 45 minutes minimum calée entre deux rendez-vous. J'imagine le vilipendage collectif dans lequel se déversent la frustration et la nervosité des gens. J'imagine aussi cette délicieuse occasion de profiter des hurlements au téléphone portable dont certains vivent mal la greffe, mais il faut bien l'avouer, à la poste, on ne capte pas tout et la réception est assez aléatoire voire franchement mauvaise. Pour le coup, je n'avais pas imaginé que j'étais con à ce point là. Une fois mon tour arrivé, le guichetier m'explique gentiment que ce papier rose me confirme l'envoi de mon propre recommandé... L'accusé plaide évidemment coupable.
... »
0 bah

be right b(l)ack


Après une petite pause de blog... j'ai eu envie de parler ici d'un bouquin dont la lecture m'a vraiment captivé : Du racisme Français d' Odile Tobner. Une plongée historique dans le regard des blancs sur les noirs (depuis environ quatre siècles) et dans la justification de la colonisation qui l'a accompagné dans notre pays. L'exposé est parfaitement clair et argumenté. Dans une approche relativement pédagogique, l'auteur décrit l'origine et les effets du socle raciste hérité notamment de l'élite intellectuelle française depuis Montaigne. Elle décortique les discours habillés, parfois habiles, qui oscillent entre dénégation, tautologie, paternalisme, racisme assumé et théories arbitraires. Le propos dans ce livre n'est pas d'imposer des réponses figées et simplistes. Madame Tobner pose une lumière crue sur des méchanismes de réflexion erronés mais encrés dans l'inconscient collectif et propose un dialogue apaisé et intelligent entre les individus, une fois n'est pas coutume, d'égal à égal. Soit, la couverture ne fait pas l'unanimité, mais j'ose espérer que le contenu n'aura pas un écho trop minoritaire.

... »
0 bah

lignes de fuite

Visiblement inspiré, il laisse sa plume courir à une allure effrénée. Il m'intrigue. Un poète ? Un romancier ? Un journaliste ? Un blogger peut-être...
Avec sa pose de penseur, il semble aussi serein qu'imperturbable. Le bruit et le passage incessants autour de lui n'ont pas l'air de le distraire pour autant.
Si il s'arrête parfois, c'est pour tourner les pages de son cahier, raturer des lignes entières, ajouter des mots en marge des premiers jets. Puis reprendre sa course en avant.
Il suscite l'envie de se poser, de se créer un moment volé et de coucher sur le papier le fil de toutes ses pensées en apnée... Et se laisser errer au gré de lignes d'horizon et de fuite.
... »
3 bah

mauvaise éducation

Une autre époque... lors de laquelle il n'était pas encore obligatoire d'apprendre par coeur une lettre de Guy Môquet (perso, j'ai choisi le M et ce, pour des raisons mnémotechniques). Mais reconnaissons qu'autrefois, les mômes ne savaient pas se tenir. Fort heureusement, aujourd'hui, tout va rentrer dans l'ordre. Nicolas Sarkozy fait du 22 Octobre (sainte Salomé) une date de commémoration pour que son histoire rejoigne l'Histoire. Parce que le 8 Mai, la guerre, l'occupation, la résistance et la victoire, ça n'a absolment rien à voir. A l'approche de la Toussaint, d'aucuns s'interrogent encore quant à un autre vide calendaire à combler urgemment. On est si impatient de fêter les décédés à la sainte Ella (1er Février), parce que c'est vraiment pas pareil que les morts.
... »
0 bah

haircut

Ça y est, je me suis tondu la tête ce matin.
Ça faisait près de 8 mois que je laissais pousser ces (putains de) cheveux...
Je dois avouer que le passage de tondeuse a été un moment particulièrement jouissif.
C'est quand même un sacré pied le matin, de ne plus se prendre la tête.




... »
0 bah

always on the run


Roissy, tôt


Toujours la course...
C'est sans doute le prix des casquettes multiples qu'elle porte. Mine de rien, ce petit bout de femme aux ressources inépuisables assume tout en même temps.
Souvent, je préfère ne pas me demander combien de courage et discipline tout cela requiert.
Elle force mon admiration toutefois acquise depuis bien longtemps...
... »
1 bah

veni, vidi, vodki


Duplex , tard

Pour une fois, il n'y a pas grand monde.
Cela explique sans doute pourquoi j'arrive à apercevoir pour la première fois cet écran au fond du bar.
C'est tentant, l'écran est tactile...
Petite signature et autoportrait pour l'occasion !
... »
0 bah

alphabet fridge


Apprendre l'alphabet en jouant c'est amusant.
Tatora a écrit ses premiers mots sur notre frigo et signe la ses toutes premières mémoires.
L'expression écrite est en nette progression, il faudrait néanmoins faire des efforts supplémentaires à l'oral...
... »
3 bah

cake


Les actionnaires de ce blog m'ont donné une consigne très claire quant à la ligne éditoriale de mes derniers posts : "trop de vodka nuit à la lecture, merci de faire le nécessaire."
J'ai donc mis plutôt un peu de rhum dans ce cake marbré au chocolat dont Caro (le chef cachalot, sperm whale in english...) m'a livré tous les secrets lundi matin.
Certes, le marbrage a foiré, mais de toute façon "ça se mélange à l'intérieur...".
Au fait, la rubrique déco est en préparation. Il ne faut jamais négliger son côté Cendrine Dominguez.

... »
0 bah

back to work


Vincennes, 18h40
C'est la rentrée. Heureusement que je peux m'offrir des petites pauses sur la route. Bon, ce n'est pas non plus la plage mais c'est franchement bien agréable. Pas encore l'heure de l'apéro non plus (non, il n'y a pas une goutte de vodka dans ce gobelet...), mais ces petits moments volés dans des journées parfois bien longues font du bien. Le portable vibre. Fin de la récré.


... »
4 bah

back from israel

Notre premier diner à Tel Aviv, sur Ben Gurion/Dizengoff, nous permet de faire la rencontre d'une israélienne très avenante. Le visionnage malencontreux d'une photo osée prise lors d'un jeu stupide (et oubliée) sur le portable de P. ne semble pas la perturber. Bien au contraire, Rotem (prononcer ro-t'aiiiime) nous invite à boire un verre sur sa terrasse et "plus si affinités". Sa longue jupe jusqu'aux mollets qui me paraissait être la garantie d'une fille sage s'avére être transparente. Trop tard pour faire marche arrière. Nous omettons de lui expliquer que nous sommes ensemble, mais Rotem a des antennes et délaisse son approche séductrice au profit d'un mode "pote" lorsqu'elle réalise que nous tenons à notre périmètre de sécurité à chacune de ses tentatives de rapprochement. Ce sera "moins". D'autant plus que Rotem n'aime pas tout le monde... "si j'ai des amis arabes ? Non, j'en ai pas, mais j'en ai croisé à la fac à Jérusalem..."

Je retrouve le lendemain, et avec beaucoup de plaisir, mon ami(t) israélien, psy spécialisé dans les traumatismes post Shoa. On se s'est pas revu depuis des années. Il nous reçoit dans son très bel appart du Bahaus (joli quartier art-déco des années 30) et nous emmène dans une boite gay. La drague israélienne est plutôt directe. J'illustrerai d'ailleurs ce propos à l'aide d'une simple réplique, à l'attention de P. sur la piste de ce drôle de dancing : "You wanna fuck me ?" Mais R.A.S. (rien à secouer), je ne suis pas jaloux pour un shéquel, mais alors pas du tout...

Conscient des risques importants de déshydratation suite à une journée de plage intensive, notre sortie du lendemain soir à l'Evita est généreusement arrosée. Un coma mémorable à la vodka-Red Bull sur lequel je ne m'attarderai point ponctue alors notre première semaine.
Après quelques jours passés à huiler comme il se doit notre routine café - plage - resto - bars (meuh non, on aime pas spécialement faire les grosses larves), nos amis nous rejoignent en Terre Promise et nous finissons par quitter Sin City pour une première expédition vers Nazareth.

Une fois la visite de l'Eglise de la Renonciation de l'Assumation de la Résurrection Post-mortem Anté-béatidudienne de la Sainte Virginité effectuée, nous mettons le cap sur le lac de Tibériade pour une divine baignade. Hormi le jeu du "cul de la baleine", pas de manifestation miraculeuse particulier à signaler.
Retour à la plage du Hilton où, à mon plus grand regret, le miracle de mes tablettes de chocolat n'a pas lieu. On parle beaucoup d'attentats et de terreur, mais les seules bombes que j'ai croisées à Tel Aviv sont bronzées et foutues comme dans le Tétu de notre ami fidèle lecteur. Sentant le danger omniprésent de la terrible malédiction du Fallafel, nous nous décidons à courir le long des bords de plage. Abdos et pompes au réveil sont évidemment de mise. La tête haute, mais pas les épaules... Quelques schnitzels plus tard nous mettons le cap sur Jérusalem. Ville sainte dans laquelle les tensions inter-religieuses sont à peine palpables tellement mes membres sont anesthésiés suite au jogging... Longues promenades dans les différents quartiers de pierre blanche (arménien, juif, arabe et chrétien) selon le programme établi par notre smooth tour opérator "Sainte Marie Airlines"... dont l'anniversaire est dignement fêté. Et puis ce moment incroyable sur le mont des Oliviers qui surplombe Jérusalem alors que les chants envoûtants portés par le vent depuis un minaret bercent le coucher de soleil doré. L'émotion est forcément accrue puisque je pars à la recherche de la tombe de ma grand-mère entre les pierres d'un cimetierre en ruines.

Inspiré par ce pèlerinage, je me résous à prendre une décision difficile : désormais, ce sera vodka-grapefruit. C'est une soirée spéciale eurovision à l'Evita et les hurlements des chanteuses ouzbèques couvrent nos voix lors de la (les) commande(s). Ceci explique sans doute pourquoi la charmante barwoman tel-avivoise verse du Red Bull dans la vodka. Rappelons que le terme "charmant" a une légère autre signification en Israël, puisqu'il évoque quelqu'un qui ne vous méprise pas de toute son arrogance lorsqu'il vous bouscule ou vous piétine. La rediffusion de Dana Internationale porte un coup fatale à ma tête en proie à une gueule de bois persistante...

Notre visite à Césarée (ville romaine) se termine au commissariat de Hadéra suite au démontage minutieux de la serrure passager de la voiture de location et au vol de deux de nos sacs à dos. L'agent de police finit par m'installer à son bureau pour saisir la déposition en anglais. C'est trop tentant, je me fais plaisir... La route du retour, étrangement semblable au Paris-Dakar, nous mène jusqu'à Yafo (Jaffa) et la terrasse d'un restaurant qui offre un incroyable panorama de Tel Aviv. La fatigue nous gagne et les vacances touchent à leur fin.
Malgré ce chemin de croix bien pénible, nous tentons notre chance au Minerva, à l'Amor Amor qui ne s'appelle plus comme ça mais c'est pas grave, au Lima Lima (là j'ai bien aimé la soul-funk..euh, merci l'ami Guiliguili qui a aidé à prendre "un bol d'air frais")... histoire de prendre du courage pour affronter les checkpoints sur le chemin du retour et la multitude de questions des sympatiques agents de sécurité d'El Al, dont la fusion avec le Mossad paraît imminente...

Merci à Tatora (qui n'a jamais aussi bien porté son nom), Mag, Cricri et P. pour les photos... et ce voyage. Si, si !


... »
2 bah

tato unlimited

Mais quel jeu stupide a bien pu amener l'égérie de Clitoclean à poser nu dans les chiottes du Duplex ?
Et comment expliquer une pose à la fois si élégante et lascive dans un lieu où pourtant se mèlent tant d'interrogations métaphysiques et d'échanges physico-philosophiques ?
Et de quel pays Byrouth est-elle la capitale ?
Pourquoi tant de mystères certissent le destin de cette étrange et délicate sylphide ?
D'aucuns caressent l'espoir que Tatora se dévoile un peu plus.
Où que tu sois (et où que tu ailles) vénérable et vénérienne Tato, reste toi-même mais surtout...
..."fais-toi plaisir !"
... »
0 bah

au verre...


CUD, 3 heures du matin

C'est marrant... ces petits détails imperceptibles
qui donnent toujours envie d'un énième dernier verre.




madonna - erotica (you thrill me)
confessions tour studio mix
... »
6 bah

32


... »
6 bah

give peace a chance






Supertiti in Sarkoland

music : don't give hate a chance by jamiroquai

... »
1 bah

sunset in paris



Cité des 3 bornes, Paris 11ème
Certains soirs, je me dis qu'une terrasse à Paris, ça peut le faire...




... »
3 bah

ballades



Paris, les quais, rive gauche

C'est vrai qu'être en deux roues me change le quotidien. En mieux.
Je kiffe quoi...



ltj bukem - music

... »
0 bah

ave maria



C'est ce qu'il y a de bien avec les caïpis : elles se suivent et ne se ressemblent pas vraiment.
A l'autre bout du comptoir, un visage familier me sourit.
Je présume qu'elle est plutôt d'accord avec cette théorie...
... »
2 bah

roads



roads
(by titiparis)

images : videos by titiparis
music : all's not lost by thomas dybdahl

... »
0 bah

l'herbe est parfois plus verte...

... qu'à Roland Garros.
Quand j'arrive à la maison, j'apprends que Marion Bartoli vient de battre la numéro 1 mondiale Justine Hénin (1/6 7/5 6/1) ! Je repense à la petite Bartoli, il y a quelques années, avec sa coupe Mafalda. Elle vient de réaliser un sacré exploit : une place en finale contre Venus Williams (triple vainqueur du tournoi) ! Il est déjà 20h00 mais Canal + (qui a l'exclusivité des droits) retransmet en clair le dernier quart de final Gasquet - Roddick. Ouf... Fin du 4ème set : Gasquet est mené 2 sets à 1 et sort une série de coups hallucinants (aces, passings, volées...) et recolle à 2 manches partout. Le temps de rentrer dans le match et Canal interrompt le tennis pour diffuser la Golden League d'athlétisme au Stade de France. Evidemment, le 12.000 mètres femmes s'éternise et je me jette sur le site de l'Équipe pour suivre le score de Gasquet-Roddick (4/3)... Une petite interview de Christine Arron et quelques gros plans sur les chaussettes d'une sprinteuse Ouzbèque, puis la pub... C'est insoutenable ! "Retour à Wimbledon en intégralité" scande le commentateur. Deux échanges (5/4) seulement car l'herbe disparaît à nouveau au profit cette fois d'un 400.000 mètres haies, si ce n'est plus... Un page de pub et un petit tour dans les vestiaires du Stade de France plus tard... je bous. Mes nerfs ne vont pas tenir alors je clique frénétiquement sur "rafraîchir"... Une incrustation du court #1 me redonne une lueur d'espoir (6/5).
Mais il est 21h00 et Canal se met évidemment à faire "kkkkrrrrzzzzwwww...".
Dix minutes plus tard, Richard Gasquet remporte son quart de finale (4/6 4/6 7/6 7/6 8/6). Il affrontera le meilleur joueur du monde demain en demi-finale: Roger Federer.
... »
0 bah

l'école est finie


C'est le dernier jour d'école ! Photo de classe au cadre certi de bonbons Haribo et cahier plein de papillons, de chats, d'AVNIs (Animaux Vivants Non Identifiables) et autres jolies créations...
Bravo à Miss Manon, la maîtresse, pour toutes ses bonnes idées qui encouragent la créativité, notamment les portraits pop art des mômes à la Wharol.
Le conseil de classe est favorable au passage... et je crois bien que Mélo est dégoûtée de ne plus aller à l'école. Ça devrait lui passer... non ?
... »